Comment ça marche ?

 

 

 

      

 

 L'histoire de la transfusion sanguine commence dans les années 1630, lorsque William Harvey, un médecin anglais, découvre la circulation sanguine. Mais ce n'est qu'à partir de la première guerre mondiale que la transfusion sanguine se développe réellement. En effet, durant la guerre le besoin en sang a fortement augmenté : il fallait soigner les blessés. La transfusion se faisait de bras à bras, et on ne connaissait pas encore les groupes sanguins. Par conséquent, seulement quelques transfusions étaient efficaces. De plus, il n'y avait aucun moyen de conserver le sang.

 

Ca n'est qu'au début de la seconde guerre mondiale que des médecins utilisent du sang conservé ; Ils utilisent des ampoules citratées* : le citrate empêche le sang de coaguler*.

 

A la sortie de la seconde guerre mondiale, la transfusion sanguine connait des temps difficiles : les hôpitaux manquent de sang, et on sollicite les donneurs de bras à bras. On ne conserve qu'occasionnellement le sang prélevé. Ce n'est qu'en 1949 que la solution naît : suite à l'explosion d'une usine, à Vincennes, trois personnes sont brulées, et elles ont besoin de beaucoup de sang. C’est alors que les médecins font appel aux donneurs. Apparaissent alors les premiers instituts de dons du sang.

 

Depuis, grâce aux progrès techniques et aux innovations médicales, la transfusion sanguine a connu de nombreuses évolutions. De nos jours, il est possible de conserver le sang, et grâce aux groupes sanguins, les transfusions sont efficaces pratiquement à 100%.

 

 

  LE DON DU SANG EN 4 ETAPES:

 

 

1.L’accueil et l’inscription du donneur :

 

Le donneur est accueilli par une secrétaire qui enregistre son dossier et vérifie son identité. Puis il remplit un questionnaire qui permet de préparer l’entretien avec le médecin.

 

 

 

 2. L’entretien médicale avant le soin :

 

Basé sur le questionnaire pré don, l’entretien médical confidentiel doit constituer une relation de totale confiance entre le donneur et le médecin . C’est une étape essentielle pour garantir la plus grande sécurité possible, pour le receveur , comme pour le donneur . La sécurité des transfusions repose sur la réalisation de tests biologiques sur chaque don pour détecter la présence éventuelle de virus et de parasites transmissibles par le sang qui pourraient mettre en danger la vie des malades. Or, il existe toujours un délai entre le moment où une personne est infectée et le moment où la maladie est décelable. C’est pourquoi le médecin interroge le donneur sur son état de santé et ses antécédents médicaux.

 

 

3.Le prélèvement :

 

Avant le prélèvement, un dosage de l’hémoglobine peut être effectué pour éviter le prélèvement d’un candidat au don anémique. Une(e) infirmier(e) prépare le matériel et désinfecte la peau. Le prélèvement est effectué avec du matériel stérile et à usage unique et dure 8 à 10 minutes. Il permet de prélever 480 ml de sang. L’infirmier(e) prélève également quelques tubes échantillons sur lequel seront effectuées les analyses.

 

 

4. La collation :


Après le don, les donneurs sont accueillis dans l’espace repos où une collation leur est offerte. Des bénévoles , membres d’associations de donneurs de sang bénévoles ou correspondants de collecte, assurent souvent l’accueil des donneurs et peuvent servir la collation.

 

 





Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site